Voiture

208 GTI : un plaisir de conduite à toutes les sauces

Parmi les rares voitures que l’on peut célébrer aujourd’hui, l’utilitaire 208 GTI est plus présente. En plus du conducteur, elle possède une carrosserie à trois portes et intègre des équipements plus importants en termes de confort et de sécurité. D’un point de vue esthétique, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, elle possède tous les détails pour être une véritable voiture de sport. Mais ce n’est pas qu’une jolie voiture. Freins, suspensions et pneus ont été ajustés pour offrir un plaisir de conduite à toutes les sauces.

Quel est l’état de la 208 GTI ?

La 208 GTI est la version de série de la 208 GTI 30th Anniversary, qui à son tour était la version améliorée de la 208 GTI normale. Cette 208 GTI normale, malgré son patronyme, n’a jamais eu ce qu’une GTI en tant que telle devrait avoir. Voyant la situation, le département de compétition Peugeot Sport s’est penché sur elle.  Il l’a rendu à la fois plus efficace et plus agréable à conduire. Il a amélioré la partie cycle. Il a élargi les roues et révisé la direction. Il a ajouté un différentiel à glissement limité de type Torsen et une nouvelle ligne d’échappement.

A lire en complément : Pourquoi un moteur 3 cylindres ?

Esthétique

Des touches subtiles ont été faites sur la 208 GTI pour un résultat correct sur le plan sportif. Peugeot Sport a apporté des améliorations esthétiques qui permettent désormais de distinguer clairement la 208 GTI d’une 208 normale. Ces évolutions esthétiques correspondent à des jantes 18 pouces noir mat. Elles sont équipées de magnifiques pneus Michelin Pilot Super Sport de 205 mm de large et 40 mm de profil. Ceux-ci cachent des étriers rouges sur la face avant développés par Brembo. De plus, une grande partie du plastique chromé de la 208 GTI normal a disparu.

Les performances de la 208 GTI

La transmission de la 208 GTI est assurée par une boîte manuelle fermée à six rapports. Les rapports de démultiplication semblaient corrects pour une GTI. La boîte de vitesses (qui dérive de celle de la Peugeot RCZ) est agréable à manier. Elle invite à le faire en continu. Elle a un ressenti plus mécanique que les ST200 et Corsa OPC. Les pneus procurent un niveau d’adhérence supérieur. À 120 km/h, le moteur tourne légèrement en dessous de 3 000 tours/min

Lire également : Combien coûte une S63 AMG ?

Avec quatre personnes à bord et leurs bagages, sur un trajet de 400 kilomètres compensé à 120 km/h en croisière, la moyenne a toujours été autour de 7 litres. C’est une bonne consommation pour un 208 ch essence.

L’intérieur

La 208 GTI reprend le concept i-Cockpit, où tout est tourné vers le conducteur. C’est pourquoi l’instrumentation est pratiquement sur le volant. Ainsi vous pouvez obtenir l’information sans quitter la route des yeux. D’autre part, l’ergonomie qu’il propose génère du plaisir de conduite. Son volant compact assure une direction précise et une conduite sûre. Le principal atout de cette cabine est l’écran tactile de 7 pouces. Il est utilisé pour gérer la navigation et les différentes fonctions de la voiture. Les confortables sièges en cuir portent les initiales GTI.

Le conducteur retrouve une position de conduite confortable dans son siège grâce aux réglages en hauteur et en profondeur du siège. La main droite trouve facilement le levier de vitesses avec des matériaux chromés et de couleur rouge.

Sécurité

La 208 GTI dispose d’un système de freinage adapté, des disques ventilés, un diamètre de 302 mm à l’avant. Elle dispose également de 249 mm à l’arrière, avec des étriers rouges. Son contrôle de stabilité ESPI qui peut être désactivé, est intégré pour une série de systèmes. Ces derniers agissent ensemble de manière préventive. Il s’agit de l’assistant de freinage d’urgence (AFU). Il envoie un signal de freinage maximal. Le répartiteur électronique de freinage (REF), répartit la puissance de freinage entre les essieux avant et arrière.

Une autre nouveauté intéressante est son système d’éclairage statique des intersections. C’est une fonction qui agit en activant l’indicateur de direction ou à partir d’un certain angle du volant. Il permet à la fois aux feux de route et aux feux de croisement d’éclairer l’intérieur du virage, tant que la vitesse ne dépasse pas 40 km/h.